Religieuse au café, mon amour

rédaction web religieuse

Ma religieuse à moi !

 

Rédaction web en plein délire estival, ça continue ! Cette semaine, je vais vous parler d’un gâteau qui fut longtemps mon péché mignon. J’en mange moins souvent qu’avant, parce qu’il y a tellement de choix, maintenant, dans les boulangeries, et j’ai envie de goûter à tout ! Mais je l’aime toujours autant malgré tout. Allez, assez de suspense, je vous présente mon invitée du jour : Dame Religieuse au café ! Au chocolat, c’est bon aussi, mais je préfère au café, nan mais oh !

Une VRAIE religieuse, c’est ça !

La religieuse, qu’elle soit au café, au chocolat ou à un autre parfum, elle me séduit d’abord par son aspect visuel. Si je vois deux choux de taille égale écrasés l’un contre l’autre, avec de la crème dégoulinante entre les deux et un glaçage qui ne m’inspire guère, je fuis ! Ah oui, vraiment, je fuis. Parce qu’une religieuse, c’est une forme particulière. Le chou le plus large à la base, le plus petit au sommet. Une belle rondeur. Un glaçage généreux et d’une couleur appétissante. Des touches de crème finement ciselées entre les choux et sur le sommet. Rho la la, c’est malin, j’en ai l’eau à la bouche maintenant !

Pas de pitié pour le petit chou

Une fois que j’ai trouvé la religieuse qui me plaît, j’attaque le petit chou directement, sans pitié ! Et, mmmmhh, quel plaisir de découvrir la crème pâtissière au café, surtout quand son goût est intense et qu’on sent juste la pointe de sucre qu’il faut. Il faut le déguster doucement ce petit chou, prendre son temps pour en savourer tout le goût. Mais comme par hasard, le temps passe toujours plus vite quand on mange quelque chose qui nous plaît que quand on doit venir à bout d’une tâche assommante pour le boulot ! C’est étrange, n’est-ce pas ?…

Sacrilège interdit 

RIP petit chou, snif. Maintenant, c’est au tour du grand chou de subir mes coups de cuillère. Ou bien alors, je croque dedans directement, ça dépend de mon humeur du moment. Là, souvent, on n’est pas loin de l’extase tellement c’est un régal. Je pourrais plonger dans cette crème au café tellement elle est onctueuse et savoureuse ! Mais il y a une chose que je regrette quand même, ce sont toutes ces années pendant lesquelles j’ai accompagné mes religieuses (combien en ai-je mangé ? Je ne sais pas, mais beaucoup !) de coca… Mea culpa, mea maxima culpa ! Quelle erreur, quel sacrilège ! Non, pour percevoir toute la subtilité d’un tel gâteau, il ne faut pas l’arroser de sucre, c’est du gâchis ! Alors maintenant, mes religieuses au café, je les déguste avec un verre d’eau gazeuse, c’est une alliance réussie.

Vous avez apprécié ce délire gustativo-textuel ? Merci, ça me fait plaisir 🙂 Si vous souhaitez que je rédige des textes aussi alléchants pour votre site, c’est par ici ! À bientôt !

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.