Pourquoi Internet va devenir le paradis de la gourmandise…

  Vous savez quoi ? Je viens d’apprendre l’existence d’un engin diabolique : une imprimante 3D à dessert ! Non mais sérieusement, pour la modique somme de 2 000 euros et des brouettes, vous pouvez imprimer profusion de desserts à domicile, c’est chouette, non ? Enfin c’est chouette, mais pas pour la ligne… Allez, on fait comme si ça ne comptait pas, ok ?! Rêvons un peu… Imaginez tout ce qu’on pourrait faire avec une imprimante à dessert… Moi, par exemple, pour m’informer des dernières tendances, car il en va de mon professionnalisme de rédactrice gourmande, j’irais sur le site de Ladurée et hop, en moins de deux, je m’imprimerais une douzaine de macarons ! Une autre fois (soyons raisonnable !), je cliquerais sur une photo du site de la Pâtisserie des Rêves, et miam, scrounch, hmmm ! À une autre occasion, j’irais dans une épicerie fine, pour goûter des calissons ou des pâtes de fruits, ou bien je me régalerais de cookies variés. Ah oui, vraiment, ce serait le paradis si ce genre d’imprimantes se développait à un prix accessible ! L’outil de base de la rédactrice gourmande ! Non mais vous vous rendez compte un peu de la chose ?! Par exemple, vous me demandez de rédiger les fiches produits de votre site gourmand. Par conscience professionnelle – évidemment uniquement pour cette raison -, je cliquerai sur les photos de vos créations culinaires pour les goûter et pouvoir ensuite écrire le descriptif le plus alléchant qui soit (vu que j’aurais été encore plus inspirée qu’à l’ordinaire grâce à la stimulation de mes papilles !). Si vous souhaitez que je rédige...

La rédactrice gourmande qui n’avait pas de blog gourmand… (oups !)

Le blog Efficastyl est mort, vive le blog Efficastyl nouveau ! C’est l’histoire d’une rédactrice qui avait oublié sa gourmandise Non non, je n’enterre pas ce blog, rassurez-vous, je n’en ai pas du tout envie. Mais j’ai décidé de lui donner une nouvelle tournure. Parce que j’en ai un peu marre de publier des listes de conseils à suivre pour améliorer son contenu web. Ces conseils-là, vous les lirez un peu partout sur le Net. Je me suis un peu perdue dans les méandres du content marketing en fait. J’avais oublié que mon métier, ce n’est pas ça. Non, je ne suis pas une experte du marketing de contenu (même si je touche ma bille), je suis une rédactrice gourmande. Et dans rédactrice gourmande, il y a rédactrice – bon, ok, d’accord, on a compris -, mais il y a aussi gourmande ! Et ça, je l’avais un peu beaucoup laissé de côté, alors que c’est une part plus qu’importante de ma personnalité ! Inspiration, tu es ici chez toi ! En fait, dans ce blog, j’ai vraiment envie de laisser s’exprimer pleinement mon inspiration, qu’il s’agisse de gourmandise ou d’autre chose d’ailleurs. Cela pourra concerner mes préoccupations du moment, mes activités au sein d’Efficastyl, mes envies, mais aussi mes coups de cœur en matière de communication par exemple. Tiens, tout à l’heure, en allant faire les courses, j’ai vu un sachet de gâteaux au packaging vraiment sympa et drôle, et je me suis dit que ça pourrait faire un très bon article pour ce blog : le marketing gourmand comme je l’aime 😉 [À suivre, donc ! 😉 ] Évidemment,...

Le salon Sugar, paradis de la rédactrice gourmande !

  Vendredi 11 mars fut une journée toute émoustillante pour la gourmande rédactrice que je suis ! Imaginez ce que pourrait être le paradis pour un gourmand : des gâteaux partout, des pâtisseries, des odeurs délicieuses, des confiseries exquises… Voilà, c’est comme ça que serait le paradis si je devais l’imaginer. Comme je n’ai pas trop envie d’y goûter maintenant, parce que j’aime bien ma vie et que je compte en jouir le plus longtemps possible, j’ai découvert une déclinaison de ce paradis sur terre : ça s’appelle le salon Sugar. Le salon Sugar, c’est quoi ? C’était la troisième édition de ce salon consacré à la pâtisserie traditionnelle et créative. Pauvre de moi, j’ai raté les deux premières because j’étais enceinte, puis maman d’un tout petit bébé. Mais cette année, RIEN, non rien, n’aurait pu m’empêcher d’y mettre les pieds (et la bouche, et la langue, et le palais, et l’estomac. Enfin, vous voyez, quoi !). Partant de ma province d’adoption, je suis arrivée à Paris peu avant 10 heures. Le paradis se mérite, car il m’a fallu près de 40 minutes de transport pour rejoindre le Parc des Expositions, Porte de Versailles. Une fois sur place, mazette ! Je ne savais plus où donner de la tête ! Il y avait en tout 85 exposants : chocolatiers, fabricants de gâteaux, confiseurs, créateurs de Sweet Tables, pâtissiers, épiceries fines, vendeurs d’ustensiles de pâtisserie… J’ai même aperçu quelques candidats du Meilleur Pâtissier, j’étais contente comme une gamine de 10 ans ! J’ai également admiré les créations des reines (désolé, messieurs, il n’y avait aucun représentant de la gent masculine...