Votre manuscrit est prêt, comment le faire éditer ?

Voilà, ça y est, vous le tenez dans vos mains, votre manuscrit achevé. Votre chef-d’oeuvre personnel. L’histoire de votre vie. Le roman qui va tout tuer sur son passage. Bref, VOTRE livre ! Vous y avez passé des semaines et des mois, vous avez vécu avec vos personnages jour et nuit, vous avez respiré livre, vous avez mangé livre, vous avez dormi livre… Mais maintenant est venu le moment de vous en séparer ! Oh, pas pour une mauvaise raison, bien au contraire, puisque vous allez l’envoyer à des maisons d’édition 😉 Mais pour mettre toutes les chances de votre côté afin d’être édité, sachez qu’il y a plusieurs étapes à respecter (en plus d’avoir écrit un très bon texte, bien sûr !). 1 – Faire corriger son manuscrit Cela peut paraître évident, surtout si vous êtes arrivé sur ce blog, mais il est IN-DIS-PEN-SA-BLE de faire relire son texte par un correcteur professionnel. Parce que les copains, la famille, c’est bien gentil, mais ça n’aura jamais l’oeil de lynx d’un pro de la correction  ! Eh oui : orthographe, grammaire, conjugaison, certes ; mais aussi ponctuation, typographie, syntaxe… Bref, c’est un travail de titan, dont nombre d’écrivains amateurs n’ont pas toujours conscience. Donc – même si je prêche pour ma paroisse (et alors ?!) -, faites corriger votre livre avant de l’envoyer, sinon… ce n’est même pas la peine de l’envoyer. 2 – Mettre en page son manuscrit Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe une norme de mise en page dans les maisons d’édition. Vous ne pouvez pas faire à votre sauce en espérant que l’originalité...

Comment rédiger une lettre Fongecif efficace

Dans le merveilleux monde du travail de ce début de XXIe siècle, rester trente ans dans la même entreprise, ça n’existe pas. Pour la génération de nos parents, c’était tout à fait courant, on ne se posait même pas la question, c’était comme ça. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, il faut être pro-actif, ne pas subir sa carrière professionnelle, décider soi-même de l’orientation que l’on veut donner à son parcours. Se reconvertir. Et pour ce faire, la législation a mis à la disposition des salariés le CIF : congé individuel de formation. Si vous souhaitez en bénéficier, vous savez qu’il faut réussir à convaincre l’organisme qui financera votre formation. C’est là tout l’enjeu de la lettre Fongecif. Que raconter dans l’introduction d’une lettre Fongecif ? Une lettre Fongecif doit être synthétique. Surtout, ne faites pas de grands discours, évitez les formulations creuses, tout cela est contreproductif et va vous desservir. Commencez par décrire votre situation professionnelle actuelle : quel métier exercez-vous ? Quel est votre poste ? Quel a été votre parcours avant d’en arriver là ? Expliquez ensuite à votre interlocuteur pourquoi vous voulez changer d’orientation professionnelle et détaillez votre projet. Montrez-lui que vous êtes au courant des réalités du terrain, que ce soit en termes de rémunération ou de possibilités de trouver du travail dans ce domaine. Mettez bien en avant les qualités que vous estimez être en adéquation avec ce poste. Il faut que l’on comprenne que vous vous êtes parfaitement renseigné sur le sujet et que ce n’est pas une lubie. Comment comptez-vous agir pour accéder à ce nouveau métier ? Expliquez ! Suite logique...

« Qui sommes-nous ? », l’élément déterminant de votre site

Vous allez lancer votre nouveau site. Ou bien votre site est déjà en ligne. Dans votre stratégie de rédaction web, avez-vous pensé à bien soigner votre page de présentation, le fameux « Qui sommes-nous » ? Si ce n’est pas le cas, il est encore temps de vous y attaquer, car il s’agit là de l’élément central de votre site ! Pourquoi la page « qui sommes-nous » est-elle importante Mettez-vous à la place d’un internaute. A votre avis, entre deux sites qui proposent les mêmes produits ou services à des tarifs sensiblement équivalents, lequel choisira-t-il ? Celui au ton impersonnel, dont on ignore tout de son créateur, ou celui qui lui présente le ou les fondateurs et lui raconte l’histoire de l’entreprise ? Pour moi, et pour beaucoup d’autres, le choix est tout fait ! Une page « qui sommes-nous » (ou « à propos ») réussie peut donc vraiment faire la différence, en ce sens qu’elle humanise une entreprise, qu’elle lui donne de la crédibilité et qu’elle inspire de ce fait confiance.  Et puis, raconter son histoire, c’est aussi se démarquer de la concurrence, puisque chaque parcours est unique ! Une page « qui sommes-nous » bien pensée accroche l’internaute, elle le rassure, elle peut même être le déclic qui déclenchera l’achat. Comment réussir sa page « qui sommes-nous ? » Il n’y a pas de mystère : pour que votre page de présentation soit efficace, il faut qu’elle reflète exactement qui vous êtes et les valeurs que vous souhaitez véhiculer. En deux ou trois paragraphes (pas plus ! De manière générale, évitez de faire trop long), esquissez votre portrait et racontez pourquoi votre parcours vous a amené à créer cette...

Le story-telling, what is it ?

Communiquer sur son entreprise, ce n’est pas toujours facile. En effet, comment rendre séduisantes des informations pas toujours palpitantes ? Comment interpeller les clients et prospects ? Et surtout, comment ne pas les faire fuir ou les endormir ?! La solution existe ; elle s’appelle, en bon français, le story-telling. Le story-telling ? Mais ça veut dire quoi ? Ne faites pas ces grands yeux ! Moi aussi, il y a quelques mois, je me demandais bien ce que ce terme pouvait signifier. « Story-telling », « racontage d’histoire »… Euh oui, bien sûr… Mais encore ?! C’est quoi, le story-telling finalement ? Ce concept inventé par les Américains (tiens, on s’en serait douté !) est arrivé en France à la fin des années 2000. Il s’agit en fait d’une technique marketing qui fait appel à une forme narrative particulière : on n’utilise plus des arguments pour séduire les clients, mais des émotions. On fait en fait vibrer leur corde sensible pour les intéresser à une marque, un produit. Le story-telling, c’est donc l’art de raconter des histoires. Pourquoi utiliser le story-telling dans sa stratégie de communication ? Avec le story-telling, l’entreprise qui communique cherche à séduire ses destinateurs, à les convaincre des bienfaits de son produit ou de sa marque. En créant une connivence, en leur racontant au creux de l’oreille une histoire unique, l’entreprise transmet ses valeurs et veut créer un lien fort et inaltérable, comme entre deux amis qui se confient. Mais attention à ne pas tomber dans la manipulation, comme nos chers hommes politiques – particulièrement accros au story-telling – savent si bien le faire ! Non, un story-telling réussi,...