Il y a écrivain public… et écrivain public

Dans la vie, on a toujours le choix : un hôtel dans une zone industrielle ou un confortable relais & château, un fast-food ou un bistrot gastronomique. On peut décider d’économiser pour acheter une belle paire de chaussures en cuir ou se précipiter sur des pompes made in China. On peut bricoler un site Internet professionnel sans rien y connaître ou faire appel à un prestataire qualifié. Bref, on peut choisir la qualité ou le portefeuille. Mais si on privilégie les prix bas, on ne doit ensuite pas s’étonner de ce qu’on obtient en retour. Des écrivains publics à la pelle Vous l’avez sans doute remarqué, les écrivains publics pullulent littéralement sur Internet. Un peu comme de la mauvaise herbe. Je n’ose imaginer le pourcentage de professionnels vraiment compétents dans le lot. J’espère que nous sommes majoritaires (vous me permettrez de m’inclure dans le lot !), mais j’ai un doute. Combien de fois suis-je tombée sur le site d’un « confrère » et suis-je restée consternée devant tant de médiocrité : fautes d’orthographe à toutes les lignes ou presque, syntaxe douteuse, contenu médiocre… Eh oui, cela va peut-être paraître incroyable à certains, mais on ne s’improvise pas écrivain public ! Le minimum est bien sûr d’être irréprochable en matière de langue française, mais même quand c’est le cas, ça ne suffit pas. Ecrire, comprendre, être en empathie Il faut donc savoir écrire, c’est un minimum (dont ne s’embarrassent pas tous ces prétendus écrivains publics, qui considèrent l’orthographe comme une option !), mais il faut aussi être capable d’empathie pour comprendre précisément la demande du client et y répondre de la manière...

Rédiger une lettre de motivation efficace ? C’est le travail d’un écrivain public !

En ce moment, je suis en pleine période de rédaction et de correction de lettres de motivation. Enfin, je parle de période, mais finalement, avec cette bonne vieille crise qui n’en finit plus de s’éterniser, il me semble que la saison des lettres de motivation dure 365 jours par an. Se différencier des autres candidats Pour vous démarquer de la masse des chercheurs d’emploi qui répondront à la même annonce que vous, parfois avec les mêmes diplômes et un parcours professionnel similaire, il faut agir efficacement. Comme les choses sont bien faites, la lettre de motivation porte bien son nom : elle doit prouver au recruteur que vous êtes motivé pour obtenir ce poste. Il ne doit pas penser en la lisant qu’il s’agit d’un copié-collé envoyé pour répondre à toutes les offres d’emploi. Il faut donc personnaliser votre texte, montrer à votre destinataire que c’est bien à son entreprise que vous vous adressez. Aller à l’essentiel Etudiez attentivement l’annonce à laquelle vous répondez. Soulignez les éléments qui vous paraissent les plus importants et efforcez-vous d’y répondre point par point dans votre courrier. Voilà, la trame de votre lettre est définie. Il ne vous reste plus qu’à user de votre plus belle syntaxe, en chassant farouchement les fautes d’orthographe bien sûr, pour rédiger LE texte qui fera mouche. Pas la peine d’en faire des tonnes et d’employer des tournures alambiquées, c’est contre-productif et ça risque d’agacer votre interlocuteur. Comme dans beaucoup de domaines, la meilleure solution est de faire simple et d’aller à l’essentiel. Vous voyez, finalement, c’est facile ! Non ?! Si malgré tous ces conseils vous ne...

En 2013, je soupire d’aise !

  En ce début d’année, permettez-moi de vous présenter mes meilleurs voeux et démarrons 2013 par un petit texte de mon cru. C’est parti ! 2013 commence à peine, et déjà j’ai très envie de mettre en application les objectifs professionnels que je me suis fixé. Rédiger deux billets par semaine pour ce blog, par exemple, est-ce trop balèze ? Il me faut contourner les obstacles qui se dressent devant moi tels des falaises et aller de l’avant, confiante et à l’aise. Certes, la vie n’est pas un chemin bordé de fraises (oui, bon, quoi ?!), mais je refuse de craindre les chats noirs et autres vendredis 13. Le défaitisme me pèse, la pensée positive m’apaise. Certains penseront que ce ne sont que des fadaises ; ceux-là sont des tristes sires, ne leur en déplaise ! Et puis non, je ne suis pas niaise, je crois juste en un avenir prometteur, celui que je saurai me construire. Alors que les grincheux se taisent ! La vie est belle, punaise ! Et pour que la mayonnaise prenne, il faut aller de l’avant, modeler son futur comme de la glaise ! Ne craignez rien, je vous épargnerai certains mots pour ne pas créer de malaise, mais je fais confiance à quelques-uns pour trouver les mauvaises rimes, cachées sous les braises… Qu’ils s’en amusent, c’est tout ce que je leur souhaite ! Maintenant, laissons la place à 2013, une année très… treize. Alors que la chance soit avec vous, et meilleurs voeux à tous ! PS : et si vous voulez bien démarrer l’année en confiant votre communication à une professionnelle de l’écriture, Efficastyl...